Après le don, il y a la phase d’étiquetage où un code barre est attribué à la poche pour garantir sa traçabilité. Le même code barre est appliqué sur les tubes d’analyses de sang.

Ensuite l’on passe à la phase de préparation où le sang est séparé en 3 parties : les plaquettes, le plasma et les globules rouges (le culot globulaire) réparties dans 3 poches différentes.

Ces différentes poches obtenues sont stockées en attendant le résultat des analyses de sang faits sur le sang prélevé dans les tubes. Il s’agit de la phase de qualification biologique du don.

En cas d’anomalie retrouvée par les tests, les poches sont détruites. Lorsque les tests sont bons et confirment qu’il n’y a pas de soucis avec le sang du donneur, les poches sont mises en distribution et délivrés aux patients qui en ont besoin.

Et la destination finale de la poche est la transfusion sanguine qui consiste à donner ce sang à une personne malade qui en a besoin.

Mais attention, cela ne s’arrête pas là. Durant la transfusion, il y a une surveillance du patient (personne malade) pour détecter de probables effets indésirables. Cela fait partie de l’hémovigilance.